UNION NATIONALE GEM FRANCE

Forum de discussion de l'UNION NATIONALE GEM FRANCE - Fédération des GEMs de France


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Reportage les infiltrés : hôpital psychiatrique , les abandonnés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

bonjour

nous avons enregistré le reportage/débat,
hôpital psychiatrique : les abandonnés

passé sur France2 le 18 mai à 22h15

un reportage en caméra caché au sein d'une unité psychiatrique par un journaliste engagé comme stagiaire suivi d'un débat
présenté par Pujadas avec en plateau : psychiatre , soignants, directeurs d'hopitaux, parlementaires et proches de patients.

nous avons mis en telechargement une version du reportage sur
notre site

http://ileauxpossibles.perso.sfr.fr/

pascal - Secrétaire de l'Ile aux possibles - GEM SAINT MAUR 94

ileauxpossibles@sfr.fr

Voir le profil de l'utilisateur
je m'étonne du peu de réactions des gems et associations d'usagers à ce reportage, à la réforme des hospitalisations sous contrainte et même au silence tout court de l'UNGF... Exclamation Exclamation Exclamation

Voir le profil de l'utilisateur http://www.psy-aube.net
On a pu entendre "Groupe d'Entraide Mutuelle" de la part de la présidente de la FNAPSY, ce qui est assez encourageant, en espérant que cela invitera les médias à faire découvrir ces GEM qui sont avant tout un moyen de passer du bon temps plutôt que de "psychoter" dans des "hôpitaux".
Les GEM sont hélas encore méconnu du grand public alors que la dépression est reconnu dans tous les domaines, et que c'est là que vont une partie de leur "lundi de pentecôte".
sont ils toujours "abandonnés" ???

Christophe, animateur

Voir le profil de l'utilisateur http://lepassage.over-blog.com/#

4 l'hôpital, la loi de 1990, les GEM le Mer 26 Mai - 13:37

Depuis décembre 2008 et le très fameux discours d'Anthony par Monsieur Nicolas Sarkozy le débat est houleux la tendance est à la surenchère politique sur le thème de la sécurité autour des victimes de crimes commis par des personnes ayant besoin de soins en psychiatrie.
Les conséquences sont multiples et parfois très contradictoires.
Cette stratégie de la peur agit sur les personnes concernées, de façon subjective en sapant leur confiance.
Il n'a pas été rare de constater que des adhérents nous disent "je ne vais plus voir mes parents parce que je suis schizophrène et peut-être dangereux, je ne veux pas avoir à leur faire de mal ". D'autres ont arrêté d'aller au CMP par crainte d'être hospitalisés d'office.Ils se sont repliés chez eux au risque de la rechute et de la souffrance.
C'est terrible.
La loi passée le 5 mai modifiant la loi de 1990 sur les hospitalisations sous contrainte ne va pas arranger les choses. L'accès au soin est bien concerné parce que les personnes ne seront plus en confiance.
Alors que vont devenir les GEM dans l'affaire ? Parce qu'ils sont à un point de torsion paradoxale. Des personnes pensées à priori comme potentiellement dangereuses pour elles ou pour autrui pourront elles se voir confier un rôle dans la cité et la gestion de fonds publics ?
Autre question. Nous venons d'apprendre que les fonds de la CNSA financeur des GEM sont détournés de leurs missions qui sont l'aide à apporter aux personnes âgées et aux handicapés pour boucher le déficit de la Sécu.
Que faut-il faire ?
Ce présent déroutant, ces dispositions biaisées, nous inquiètent et pourtant nous avons l'absolue certitude du bienfait et de l'importance des GEM au bénéfice du public concerné.
Vendredi 21 mai à Nice j'étais invitée à la Journée des Hôpitaux de Jours pour co-animer un atelier de deux heures sur les GEM.Les adhérents présents, les bénévoles usagers, les animateurs salariés, tous ont défendu ce concept des GEM. Parmi le public et même en tribune des médecins, des soignants, ont été surpris par la pertinence des interventions, par l'intelligence des bilans respectifs exprimés par les 8 GEM de la Région PACA représentés par adhérents, animateurs usagers bénévoles et salariés, animateurs professionnels salariés. les liens solides entre toutes ces personnes de la région qui s'entraident et se soutiennent en permanence ont aussi beaucoup impressionné ceux dans l'assistance venus d'autres régions.
Oui les GEM ont un avenir dans la vie des usagers. Les salariés parce qu'ils y trouvent de la gratification acceptent des emplois précaires puisque dépendants de l'accès ou pas à la subvention. Les responsables associatifs acceptent le défi d'être employeurs, gestionnaires, responsables de leurs pairs et entre pairs. Il n'est pa possible d'accepter que cela soit remis en cause.
Prononcer le mot GEM ne suffit pas. Il y a du travail concret à faire sur le terrain et ça, ça dépend de nous.

Voir le profil de l'utilisateur
gemstmaur a écrit:bonjour

nous avons enregistré le reportage/débat,
hôpital psychiatrique : les abandonnés

passé sur France2 le 18 mai à 22h15

un reportage en caméra caché au sein d'une unité psychiatrique par un journaliste engagé comme stagiaire suivi d'un débat
présenté par Pujadas avec en plateau : psychiatre , soignants, directeurs d'hopitaux, parlementaires et proches de patients.

nous avons mis en telechargement une version du reportage sur
notre site

http://ileauxpossibles.perso.sfr.fr/

pascal - Secrétaire de l'Ile aux possibles - GEM SAINT MAUR 94

ileauxpossibles@sfr.fr

voici un texte qui alimentera le débat

Réaction d'une infirmière suite à l'émission de France 2, « les infiltrés ».

Pinel reviens ils sont devenus fous......

Qu'avons nous fait de nos espérances !
C'est la question que je me suis posée ce mardi soir 18 mai, après avoir éteint ma télé.
Cette émission, « Les infiltrés » a fait sur moi l'effet d'un miroir. J'avais honte, honte de moi, de mes collègues, non pas de ce qu'ils/qu'elles faisaient, de ce qu'ils/qu'elles étaient devenu/es, mais de ce que nous avions laissé faire.
Comment, après tant de combats, de débats, d'analyses, de démonstrations, en sommes nous arrivés là, c'est à dire à une psychiatrie en tout point semblable à sa grand s˛ur des années dites « asilaires », où l'Autre n'existait pas, ou bien n'existait que par sa dangerosité, sa folie c'est à dire un état proche de l'animalité (et encore à la SPA les animaux ont plus de considération).

Le manque de personnel n'explique pas tout, le désinvestissement médical non plus.

L'entrée en scène de la rentabilité des soins, passivement accepté par tous et à laquelle peu ou prou nous avons tous collaboré, n'a été qu'un prétexte pour réactiver la place récurrente du FOU dans notre société, une place à part entre humanité et animalité, balayant ainsi en une dizaine d'années, ce que patiemment (peut-être trop) certains avaient tenté durant 3 décennies de transformer. Tentatives apparemment vaines, qui consistaient à changer le regard, et par delà les pratiques, sur ceux que l'on qualifie « d'incurables ».

Or cette vision de la Folie, des Alexis Carrel et autres y avaient pensé bien avant nous, nous société contemporaine ultra-performante. Il suffit de faire une petite visite au musée de la Folie pour se rendre compte qu'en matière de contention et d'enfermement l'imagination a toujours été au pouvoir. La science moderne, qui a pour postulat la gestion, le repérage « génético-sélectif » et « comporto-socio-rééducatif », a de belles années devant elle. Elle peut s'appuyer sur ses grands ainés qui se nomment déterminisme social, ethnique, morphopsychologie, conditionnement pavlovien etc......

A travers le débat actuel sur le retour (en douceur mais déterminé) à une psychiatrie « sécurisée », resurgissent les vieux démons et les éternelles tentations de la sélection, de l'enfermement, du garder, d'enchainer, de médicamenter, de bistouriser le cerveau, balayant d'un revers de mains le droit de TOUS à la liberté, à l'égalité, à la fraternité.
Or à l'heure où l'égalité devant le soin est contestée, commence à émerger cette question, soigner comment et surtout QUI ? La même question se pose pour les retraites. Quelle retraite pour demain, et surtout à QUI ?
Alors soigner ces patients là, me direz-vous ? A quoi bon ! Il n'y a rien a en faire, ils sont incurables, voire dangereux et même pire ce sont des assassins en puissance.
J'admets ! Même avec des prises en charges les plus intensives, ils ne seront jamais inscrits dans les grandes écoles et ne porteront jamais de Rolex. Quoique !
Mais leur abandon thérapeutique, sauf aux travers des productions pharmaceutiques, signifie, à terme, le retour à une mortalité de plus en plus précoce, à une violence de plus en plus explosive et aux méthodes de contentions de plus en plus barbares. On le sait, puisque cette réalité là, ILS l'ont déjà vécue, NOUS l'avons déjà vécue.

Depuis 10 ans des voix s'élèvent pour dire : « Attention, nous avions baisser la garde, mais la bête immonde n'est pas morte, elle revient en force, à grands coups de sélections, de groupes de malades, de coûts à l'activité, de choix dans les patients, de formations de moins en moins humanistes ». Ces voix ont du mal a se faire entendre face à toute une idéologie, tout un conditionnement qui peu à peu nous ont amené à penser comme « ils » veulent que nous pensions, à nous soumettre à leurs dictats et surtout à ne pas réagir.

A voir à l'écran cette équipe, en souffrance incapable de mettre des mots sur cette souffrance, sur ses causes, cette passivité sans espoir, incompréhensible, m'a fait dire « Comment en sommes-nous arrivés là ? ».


L'institution psychiatrique, comme l'ont dénoncée des philosophes, des intellectuels, des politiques, des médecins, des soignants, peut si l'on n'y prend garde générer les pires horreurs.
Aujourd'hui derrière la façade glacée des « conduites à tenir » des « protocoles » (il y en a pour tout, mais pas pour un regard humain) « des DSM », des « VAP »(valorisation de l'activité en psychiatrie), des « statistiques », la psychiatrie de l'an 2000 se vide de son substrat : l'humanité, la curiosité de l'Autre, la compréhension, bref l'empathie vis à vis de personnes dont l'état nous oblige à un travail sur nous même, sur nos répulsions premières, sur nos appréhensions et aussi sur nos propres pulsions face à l'handicap, la mort, la folie.

Travailler auprès des personnes très âgées, en fin de vie comme auprès de la psychoses graves, demande de mettre en place un dispositif institutionnel permettant à la parole de circuler autrement qu'en se beurrant une biscotte (v§ l'émission « Les infiltrés »), aux pulsions de violence et de mort des uns et des autres de s'exprimer, d'être déculpabilisées et gérées. L'institution se doit d'entendre la souffrance des personnels et d'y répondre, mais pour cela faudrait-il qu'elle s'en donne les moyens..

Nous devons TOUS refuser catégoriquement ce système de sélection qui génère automatiquement l'existence de ces services poubelles dans lesquelles patients et soignants se retrouvent à l'identique et sur lesquelles « on » met un couvercle hermétique pour ne pas voir, pour ne pas entendre. Ces services que chacun fuit mais dont l'utilité arrange TOUT LE MONDE et dont nous sommes COLLECTIVEMENT RESPONSABLES.

A NOUS DE L'EXIGER. C'est de notre dignité d'être humain et de soignants dont il s'agit.
A travers notre histoire nous avons su le faire, aujourd'hui il est temps de réagir si nous voulons pouvoir nous regarder en face.

Un petit coup d'oeil vers nos origines nous montre que nous en sommes capables. Le traitement moral, initié par Pussin, notre ancêtre infirmier, et développé par le médecin Pinel, s'origine, en ces temps de Révolution dans la libération du Tiers-État et des esclaves : désenchaîner les malades mentaux, fondement du traitement moral, c'était désenchaîner le peuple.
La psychiatrie de secteur, celle de l'ouverture des asiles, 2 siècles plus tard, née de l'horreur des camps d'extermination et du lourd tribut payé par les malades mentaux à l'idéologie eugéniste nazie (dont l'un des chantres était Aléxis Carrel), a inventé un dispositif de soin : la sectorisation et une thérapeutique de masse : la psychothérapie institutionnelle. Le but : l'ouverture des asiles et l'humanisation de le folie.
Quand des milliers de malades mentaux (entre 30 et 40 000) mouraient de faim dans les asiles sous les yeux des soignants -médecins-infirmiers- gardiens-, acteurs passifs, des psychiatres engagés nourrissaient, soignaient, libéraient ces mêmes patients. L'expérience de Saint Alban, aujourd'hui loin de l'esprit de ses paires, a été le levier qui a servi à révolutionner le regard porter sur la Folie.
En 2010 me direz-vous nous ne sommes ni en guerre ni en Révolution. Pas si sure ! Une guerre économico-financière mondialisée nous fait croire que nous devons accepter l'inacceptable, comme laisser mourir sur le trottoir des êtres humains, laisser se suicider des travailleurs, enfermer des enfants dans des prisons infâmes, sélectionner dès la naissance ceux qui deviendront l'élite, conditionner les autres à devenir leurs serviteurs, déstabiliser l'avenir par un chômage chronique et garder à moindre frais les vieux, les malades mentaux, voire les éliminer....... en nous faisant miroiter « un meilleur des mondes » illusoire et pernicieux qui nous entraîne vers la barbarie, une barbarie moderne certes, où sous prétexte de prévention, chacun est filmé, écouté, classé, répertorié et ce dès sa naissance.
Est-ce vraiment ce monde là dont nous rêvons pour nos enfants ?


Les différentes initiatives prisent ces derniers mois doivent se rassembler en un collectif large regroupant, au delà des différences des uns et des autres et des pré-carrés, toutes les forces humanistes de ce pays et même au delà.
Il est temps de nettoyer le miroir et de nous regarder en face
Une infirmière en psychiatrie ayant cesser son activité avant de vivre cette restauration asilaire*
S. HOCHER Cadre supérieur de santé
à Sotteville lesRouen*, en retraite.
Militante CGT
PS : * en plus de 40 ans de carrière je n'ai jamais utilisé ou vu utilisé de camisoles (celle que j'ai pu voir sortait d'un grenier et était mangée aux mites) tout comme les « bracelets de contention ». Les patients mis en chambre d'isolement y était sur prescription médicale, ils faisaient l'objet d'une surveillance accrue. La chambre d'isolement était l'ultime recourt à certaines épisodes de crises particulièrement difficiles. Avec la diminution du personnel son recourt est devenu de plus en plus fréquent et de plus en plus banalisé.
*Sotteville les Rouen l'un des hôpitaux pilotes dans le mise en place de la sectorisation, là où a été prononcé le rapport Demay, l'antithèse du discours d'Antony, est en 2010, concepteur « chanceux » d'une formidable UMD moderne, propre, équipée de tout le matériel hight tech dernier cri. Bonnafé chef de service durant 15 ans à Sotteville, doit se retourner dans sa tombe.
La pensée d'Alexis Carrel auteur de « l'Homme cet inconnu »
«Souvent ceux qui sont capables de réfléchir deviennent malheureux.»
«Le faible d'esprit et l'homme de génie ne doivent pas être égaux devant la loi.»
[ «Le principe démocratique a contribué à l'affaissement de la civilisation en empêchant le développement de l'élite.»]
[«Pour celui qui sait observer, chaque homme porte sur sa face la description de son corps et de son âme.»]
[ "Le conditionnement des criminels les moins dangereux par le fouet, ou par quelque autre moyen plus scientifique, suivi d'un court séjour à l'hôpital suffirait probablement à assurer l'ordre. Quant aux autres, ceux qui ont tué, qui ont volé à main armée, qui ont enlevé des enfants, qui ont dépouillé les pauvres, qui ont gravement trompé la confiance du public, un établissement euthanasique, pourvu de gaz appropriés, permettrait d'en disposer de façon humaine et économique. Le même traitement ne serait-il pas applicable aux fous qui ont commis des actes criminels? Il ne faut pas hésiter à ordonner la société moderne par rapport à l'individu sain".
"En Allemagne, le gouvernement a pris des mesures énergiques contre l'augmentation des minorités, des aliénés, des criminels. La situation idéale serait que chaque individu de cette sorte soit éliminé quand il s'est montré dangereux".]
etc....

Voir le profil de l'utilisateur http://www.psy-aube.net

6 merci le Jeu 3 Juin - 18:17

bonjour

j ai été extremement touché, interessé, d'un si
détaillé et impliqué témoignage d'une infirmière

un éclairage de plus

merci

http://ileauxpossibles.perso.sfr.fr/

pascal - Président de l'Ile aux possibles - GEM SAINT MAUR 94

ileauxpossibles@sfr.fr

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum